Notre histoire

A partir de 1946, la Sous-direction de l'Assistance à l'Enfance de l'Administration Générale de l'Assistance Publique, s'inquiète du problème des pupilles adolescents, gagés en agriculture et en maison bourgeoise, qui ne bénéficiaient pas de leurs congés payés.
 
Sur le plan national, n'existaient pas, alors, d'organismes de vacances pour les jeunes de plus de 14 ans, en dehors de l'U.N.C.M. (Union Nationale des Centres de Montagne) qui offrait des séjours d'initiation au ski aux étudiants. Nos adolescents n'y trouvaient que difficilement (et en très petit nombre) leur place.
 
La Sous-direction crée donc, en son sein, une section « congés payés» qui a tenté d'organiser des séjours de vacances. D’énormes difficultés n'ont pu être résolues :
- locations provisoires,
- manque de souplesse, des crédits pour les camps,
- recrutement des directeurs et moniteurs de centres de vacances d'adolescents...
 
Plusieurs notes émanant du Conseil Général de la Seine, en 1951, 1953 et 1954, exposent ces difficultés.
 

En 1954, le Directeur Général de l'Assistance Publique, par communication à ce Conseil, proposait la location de la caserne Cornillat à Roquebrune-Cap-Martin (Alpes Maritimes), sa gestion par une association loi 1901 dirigée par la Sous-direction de l'Aide à l'Enfance et la création d'un poste de directeur-éducateur spécialisé contractuel pour la fondation de « la Maison Permanente de vacances des Pupilles de la Seine ».

Avec l'approbation de l'Assemblée précitée, une association est créée en 1954, (J.O. du 12 mai 1954 – page 4495 – Déclaration du 28 avril 1954). Elle avait pour mission « l'organisation des vacances des pupilles de l'Etat travaillant principalement en agriculture ou en maison bourgeoise ». Progressivement, son activité s’étend aux élèves en continuation d'études qu’elle fait profiter, par roulement, d'un séjour dans l'établissement de Roquebrune-Cap-Martin en juillet, août et septembre.
Son siège social est alors 3, avenue Victoria Paris 1er, puis 12 rue de la Collégiale lorsque l'Aide à l'Enfance s'y est installée, (J.O. du 25 mars 1962 – page 3224 – déclaration du 28 février 1962).

Avec l'évolution de la situation économique et sociale et le développement de l'enseignement, l'effectif des adolescents gagés, surtout à la campagne, diminuait, tandis que le nombre des organismes de vacances pour adolescents, publics ou privés, augmentait sensiblement.
 
Dans le même temps, sous l'effet de l'ordonnance du 23 décembre 1958, intervenaient des modifications dans les catégories d'enfants recueillis qu'il a été de plus en plus difficile de confier à des familles nourricières ou à des établissements appropriés car il s'agissait fréquemment de jeunes inadaptés sociaux. Sur le plan national, il n'existait pas non plus d'établissements susceptibles d'accueillir ces enfants.

En 1962, suite à une délibération du Conseil Général de la Seine, « Le Groupement Educatif de Vacances » a été chargé d'étendre son activité, afin d'apporter un concours plus efficace à l'Aide Sociale à l'Enfance.
 
Il reçoit alors dans les centres acquis ou loués avec l'aide du département, des enfants ou adolescents perturbés, dont la réinsertion sociale ne peut être obtenue que dans un cadre spécial, avec un encadrement bien choisi.
 
Le Groupement Educatif de Vacances devient alors l'Association de Groupements Educatifs dont le siège social est 12, rue de la Collégiale – Paris 5e (J.O. du 21 avril 1963 – page 3736 – déclaration du 10 avril 1963).

Au fil des années, l'Association a pris la gestion de maisons d'enfants à caractère social, de centres éducatifs de formation professionnelle, d'une pouponnière et d'un centre de vacances.
 
Le patrimoine de l'Association s’est encore étendu le 1er janvier 1990, avec la reprise de gestion par l'Association d'un internat scolaire éducatif de semaine baptisé « Le Domaine des Trois châteaux », situé dans l'Oise à Coye-la-Forêt.
 
L'Association a ouvert le 2 janvier 1992, un service A.G.E. - M.O.I.S.E. d'aide, d'orientation, d'information, de soutien et d'écoute pour les femmes enceintes en difficulté.

Elle a procédé à la fermeture de l'école d'auxiliaires de puériculture située à Bourg-la-Reine (92) en septembre 1994. La même année, le centre de vacances situé à Trégastel, dont les bâtiments ont été mis en vente, a cessé toute activité.

Le 6 janvier 2003, l'Association a affecté une unité de vie du Centre Educatif et Unités de Vie à l'accueil des mineurs isolés étrangers.

Tout au long de l'année 2004, l'Association a fêté ses cinquante années d'existence par l'organisation d'événements dans chacun des établissements.

Le 18 septembre 2006, le Siège Social déménagé dans le 10ème arrondissement de Paris dans des locaux mieux adaptés dont l'Association est devenue propriétaire.

Le 22 mars 2007, le Service A.G.E. - M.O.I.S.E. a déménagé dans des locaux plus spacieux offrant de meilleures conditions d'accueil aux femmes accompagnées par le Service.

En 2014, l'Association a dû procéder à la fermeture de la pouponnière « Home St-Vincent » qu'elle avait en gestion depuis 1977.

En 2017, l'Association a connu la cessation d'activité de l'internat Scolaire éducatif "Domaine et trois château" à Coye la Forêt quelle avait en gestion depuis le 1er Janvier 1990.

L'Association dispose toujours par les établissements qui la composent d'une large palette d'accueil pour les enfants confiés par l'Aide Sociale à l'Enfance.
 
L’Association est actuellement gestionnaire de 7 établissements permanents, de structures secondaires attachées aux établissements, et d’un service d'orientation, d'information, de soutien et d'écoute des femmes enceintes en difficulté.
Ces établissements sont répartis sur l'ensemble du territoire national.
 
Elle dispose de plus de 500 places d'accueil.